Non classé

Making of M42 [3/3] : Traitement de l’image

Cet article est le dernier de la série, il fait suite au choix du matériel et à la prise de vue.

Impossible de faire de l’astrophoto sans l’utilisation de logiciel de traitement. Nous allons utiliser le logiciel SIRIL qui est particulièrement adapté aux photo de ciel profond, libre et gratuit. Une fois le logiciel téléchargé ici, vous pouvez le lancer. Ne vous laissez pas désarçonner par son interface austère : en suivant les étapes de ce tuto vous serez capables dans quelques minutes de vous en servir pour un traitement simple. Comme c’est un logiciel libre très populaire, il bénéficie d’une littérature abondante et les tutos sont abondant à son sujet.

L’interface qui a découragé plus d’un astronome amateur

Le processus de traitement de l’image est très gourmand en ressources, le logiciel va copier plusieurs fois chaque image assurez vous par conséquent d’avoir suffisamment d’espace disque (selon le nombre de photo cela peut necessiter une centaines de Go libres). Travailler sur un disque SSD peut considérablement accélérer le traitement tout en limitant l’usure de votre matériel.

Dans SIRIL l’ordre des onglets suit le processus de traitement, de la conversion des RAW à l’empilement. Le dernier onglet est la sortie de la console qui nous informera de la bonne marche du logiciel en listant les opérations réalisées. Depuis la version 0.9.9 SIRIL permet l’exécution de scripts, ce qui simplifie grandement le travail, et nous allons en profiter.

Commencez par ranger vos photos en RAW dans un dossier en séparants les ligths, les darks, les biases et le flats.

Ce dossier (ici ORION-13) sera votre « répertoire de travail », renseignez le dans siril en cliquant sur modifier le répertoire de travail (disponible dans tous les onglets)

Lancez ensuite le script « DSLR_preprocessing » et attendez un certain temps (selon le nombre de photos et les performances de votre machine cela peut durer de quelques dizaines de minutes a quelques heures).

SIRIL va afficher la console, vous pouvez aller faire pipi, préparer un café ou une gardiane car ça va être long… Le logiciel va créer le master bias, pré-traiter chaque flat avec ce fichier, empiler le master flat, générer le master dark, pré-traiter chaque light avec ces deux derniers, les dématricer, rechercher les étoiles dans chaque cliché, calculer le décalage, les aligner, sélectionner les meilleures et les empiler…

Une fois cette opération terminée, SIRIL ouvre alors deux fenêtres supplémentaires, l’une est un aperçu en couleur l’autre dispose de trois onglets, un par canal (rouge, vert et bleu). Toute les opérations de sélection s’effectuent dans la seconde fenêtre. vous serez déçus par le résultat, car on ne verra rien à l’écran, il faut alors ajuster l’histogramme en sélectionnant « autoajustement »

L’image présente a l’écran ne sera pas moins décevante mais on y verra déjà quelque chose :

On en profite pour recadrer avec le clic droit de manirer a couvrir le maximum de la zone ou les clichés se sont superposés.

Le prétraitement est achevé et nous allons pouvoir passer au traitement de l’image pour la rendre présentable. Commençons par l’étalonnage des couleurs « Traitement de l’image> étalonnage des couleurs »:

il s’agit d’aider SIRIL a reconnaître ce qui est censé être noir et ce qui est le sujet de la photo. Commençons par sélectionner un rectangle ne contenant pas ou peu d’étoiles dans la fenêtre en noir et blanc. cliquez sur utiliser la sélection courante puis neutralisation du fond du ciel

Ensuite pour régler la balance des blancs, vous devez indiquez à SIRIL la position de l’objet en dessinant un rectangle autour.

Voilà ça devrait commencer à ressembler à quelquechose. Vous remarquerez sûrement un genre de voile lumineux qui s’épaissi a mesure que l’on se rapproche de l’horizon. Il s’agit du gradient.

C’est du au fait que l’épaisseur de l’atmosphère est supérieure quand on s’approche de l’horizon pour être minimale au zénith. Cette épaisseur reflète une partie de la pollution lumineuse, c’est ce qui créée cet effet. Plus l’objet photographié sera bas dans le ciel et plus la focale sera petite, plus le gradient sera marqué.

Ouvrons l’outil d’extraction du gradient dan le menu « Traitement de l’image » pour le supprimer.

SIRIL va analyser l’image pour déterminer ce gradient et réajuster l’image. Il peut le faire automatiquement ou manuellement. Ici, nous allons le faire manuellement car l’extraction automatique pouvant sélectionner une partie de l’objet, cela peut rendre un genre de halo blanc autour de l’objet.

Il faut alors renseigner SIRIL sur des zones neutres de la photo afin qu’il les compare et détermine par interpolation le traitement à effectuer sur la globalité de l’image. il s’agit donc de sélectionner des zones de fond du ciel (ie sans étoiles ni objets) réparties sur toute la surface de la photo. essayer d’en avoir le plus possible bien réparties sur l’image. Cliquez sur Calculer. Ensuite en cliquant sur « montrer le gradient », vous pourrez voir à quoi il ressemble. l’aperçu doit être linéaire et continu, sans « tache » la ou se situe le sujet.

Bon gradient
Mauvais gradient

Un mauvais gradient peut littéralement pourrir une photo en créant une zone lumineuse autour d’un objet brûlé

On arrive à la fin, l’outil saturation des couleurs permettra de renforcer un peu l’image, il faut enfin ajuster l’histogramme (Traitement de l’image > transformation de l’histogramme).

Cliquez sur les engrenages pour appliquer l’autoajustement de l’histogramme

le traitement sera achevé de manière cosmétique dans un logiciel de retouche photo tel que GIMP ou Photoshop selon vos préférences, je vous conseille de l’exporter en FITS afin de ne pas appliquer d’algorithme destructif.

L’export se réalise par un clic droit sur la fenêtre en couleur.

Vous pouvez fermer SIRIL, et ouvrir GIMP pour y réaliser un ajustement de la courbe afin de rendre les noirs plus noirs sans brûler les zones claires. N’hésitez pas à le faire à votre goût.

Quand vous avez finis afin de libérer de l’espace sur votre disque. Vous pouvez conserver les raw des bruts et des darks ainsi que les stacks des offsets et des flats. De cette manière vous serez certain de pouvoir recommencer en adaptant le script.

J’espère que ce tuto est clair. Si vous avez des questions n’hésitez pas dans les commentaires. J’ajusterai le tuto en fonction et on trouvera une solution si vous avez un souci.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s